Philippe P. Roux, Ph.D.

Distinctions

  • Prix Nouveau scientifique GE Healthcare, 2013
  • Chaire de recherche du Canada en signalisation cellulaire et protéomique, 2006-2016
  • Bourse Développement de la carrière, Human Frontier Science Program, 2007-
  • Boursier postdoctoral, Human Frontier Science Program, 2003-2006
  • Boursier postdoctoral, Instituts de Recherche en Santé du Canada, 2002-2003
  • Liste d’honneur du doyen, Faculté de Médecine, Université McGill, 2002
  • Boursier doctoral, Instituts de Recherche en Santé du Canada, 1999-2002
  • Boursier doctoral, Fondation Neuroscience Canada, 1998-1999
  • Boursier doctoral, Fondation Jean Timmons Costello, 1997-1998
  • Boursier à la maîtrise, Conseil des Services Sociaux du Québec, 1995-1997

Formation

  • Stage postdoctoral avec John Blenis, Département de biologie cellulaire, Harvard Medical School, 2002-2006
  • Ph. D. en sciences neurologiques moléculaires avec Phill Barker et Tim Kennedy, Institut Neurologique de Montréal, Département de neurologie et neurochirurgie, Université McGill, 2002
  • M. Sc. en immunovirologie avec Caroline Alfieri et Jérôme Tanner, Département de microbiologie et immunologie, Université de Montréal, 1997

Appui à la recherche

  • Fondation canadienne pour l’innovation
  • Instituts de recherche en santé du Canada
  • Institut de recherche de la Société canadienne du cancer
  • Human Frontier Science Program
  • Société de la recherche sur le cancer

Après avoir complété ses études de deuxième cycle à l’Université de Montréal, Philippe Roux débute ses études doctorales à l’Institut Neurologique de Montréal de l’Université McGill. Durant cette période, il s’intéresse aux voies de signalisation régissant la survie et la mort neuronale. Ses études portent sur les mécanismes moléculaires initiés par le récepteur atypique p75NTR et permettent de découvrir que ce récepteur régule à la fois, suivant le contexte cellulaire, la survie et la mort neuronale. En utilisant des modèles animaux, il découvre une corrélation marquée entre l’induction de p75NTR et l’apoptose dans le système nerveux central, ce qui suggère que ce récepteur provoque le suicide de neurones suites à des traumatismes cérébraux.

Afin de parfaire son expérience en signalisation, il effectue ensuite un stage postdoctoral à la Harvard Medical School, au sein du laboratoire de John Blenis. Il obtient des bourses postdoctorales des Instituts de recherche en santé du Canada ainsi que du prestigieux organisme Human Frontier Science Program pour réaliser cette étape de sa carrière scientifique. Ses travaux portent sur les mécanismes moléculaires impliqués dans la croissance et la prolifération cellulaire en réponse aux facteurs de croissance. Il se signale particulièrement par ses travaux de recherche portant sur la famille de protéines kinases RSK. En utilisant des techniques de pointe en protéomique, il découvre que ces enzymes sont d’importants effecteurs de la voie de signalisation MAP kinase qui régule la croissance et la prolifération cellulaire.

Philippe Roux regagne le Québec en 2006 pour se joindre à l’IRIC où il s’établit à titre de chercheur principal. Il reçoit à ce moment la chaire de recherche du Canada en signalisation cellulaire et protéomique.

Suivez l'IRIC

Logo UdeM