Étienne Gagnon, Ph. D.

Distinctions

  • Boursier postdoctoral Irvington Institute/CRI, 2009-2012
  • Prix IRSC BIOTECanada Schering-Plough Canada-2008
  • Boursier postdoctoral Instituts de recherche en santé du Canada, 2008-2009
  • Boursier postdoctoral Benacerraf, 2006-2008
  • Boursier doctoral Fonds de recherche en santé du Québec, 2002-2006

Formation

  • Stage postdoctoral avec Kai Wucherpfennig, Dana-Farber Cancer Institute/Harvard Medical School, Boston, USA, 2006-2011
  • Ph. D. en pathologie et biologie cellulaire avec Michel Desjardins, Université de Montréal, 2000-2006
  • B.Sc. en microbiologie et immunologie, Université de Montréal, 1997-2000


Étienne Gagnon a été nommé chercheur principal à l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC) en septembre 2011. Il est également Professeur adjoint au sein du Département de Microbiologie et immunologie, Faculté de médecine de l’Université de Montréal.

Dr Gagnon a complété son doctorat dans le laboratoire du Dr Michel Desjardins à l’Université de Montréal où il a étudié la phagocytose, un processus permettant à la cellule d’ingérer des particules tout en les isolant du cytoplasme dans un organite délimité par une membrane, le phagosome. En utilisant plusieurs approches différentes, le Dr Gagnon a pu montrer que le réticulum endoplasmique (RE) participait à la formation et à la maturation du phagosome. Des études de protéomique poussées ont aussi permis au Dr Gagnon et à ses collaborateurs de démontrer que cet organite pouvait participer de manière autonome à la présentation-croisée des antigènes.

Par la suite, le Dr Gagnon s’est joint au laboratoire du Dr Wucherpfennig au Dana-Farber Cancer Institute à Boston, pour un stage postdoctoral. Dans ce laboratoire, renommé pour ses travaux sur l’immunobiologie des cellules T, le Dr Gagnon a étudié les mécanismes d’activation du récepteur des cellules T (RCT), un processus essentiel à la réponse immunitaire. En particulier, le Dr Gagnon a utilisé des approches combinées d’analyses structurales et de microscopie de pointe comme la microscopie à réflexion totale interne (TIRFM) pour élucider la façon dont le signal passe du domaine extracellulaire du récepteur T au domaine de signalisation intracellulaire. Ses observations ont contribué à redéfinir les bases moléculaires de l’activation du RCT et ont impliqué dans ce processus l’attachement dynamique des chaînes du co-récepteur cytoplasmique CD3 dans les lipides du feuillet interne de la membrane plasmique.

À l’IRIC, ses projets de recherche seront axés sur l’application des connaissances scientifiques fondamentales de l’activation des cellules T dans des modèles tumoraux.

Suivez l'IRIC

Logo UdeM