L’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC) de l’Université de Montréal (UdeM) reçoit une subvention de 10 millions de dollars du Fonds d’accélération des collaborations en santé (FACS), du gouvernement du Québec pour développer de nouveaux médicaments contre le cancer en collaboration avec la compagnie biopharmaceutique Bristol-Myers Squibb et des collaborateurs de sept centres de recherche académiques du Québec et de l’étranger. Cette annonce d’importance a été faite aujourd’hui par le ministre de l’Économie et de l’Innovation, M. Pierre Fitzgibbon, à l’occasion de l’ouverture du pavillon du Québec à la Convention internationale BIO, qui se déroule à Philadelphie du 3 au 6 juin 2019.

 

Un soutien financier porteur d’espoir

Garant d’une mission de transformer, autant que possible, la recherche académique en solutions thérapeutiques au bénéfice des patients, l’IRIC s’est associé avec des partenaires de l’industrie pour poursuivre, au cours des 4 prochaines années, une série de projets visant à transformer les efforts de recherche en solutions thérapeutiques accessibles aux patients. Le programme construit avec Bristol-Myers Squibb est bâti sur un portefeuille de 4 projets en oncologie et maladies cardiovasculaires basés sur des concepts novateurs en découverte de médicaments. Ces derniers incluent le développement de médicaments pour réduire les effets secondaires des traitements, l’utilisation du système immunitaire pour vaincre le cancer et l’avancement de la thérapie de précision pour accroitre l’efficacité des traitements proposés.

« Cette excellente nouvelle confirme, une fois de plus, la vision de l’IRIC et la pertinence de notre modèle de développement de médicaments. C’est une reconnaissance des résultats issus de découvertes, de technologies et du savoir-faire de pointe des chercheurs de notre institut. Il s’agit enfin d’une parfaite illustration du rôle central que joue la recherche fondamentale dans la capacité à rendre accessible des solutions thérapeutiques au bénéfice des patients », affirme Michel Bouvier, directeur du projet, directeur général et chercheur principal à l’IRIC.

En présentant des projets de recherche en oncologie, immunothérapie et découverte de médicaments en collaboration avec le milieu biopharmaceutique et 7 centres de recherche académiques du Québec, l’IRIC répondait pleinement aux objectifs du FACS qui vise à favoriser les collaborations entre les acteurs de l’écosystème des sciences de la vie. Parmi eux, Michel BouvierAnne Marinier, Dr Guy SauvageauSylvain Meloche, chercheurs à l’IRIC, Dr Marc Bilodeau, chercheur au CRCHUM, Dr Frédéric Barabé, chercheur au Centre de recherche du CHUL, Yoshua Bengio, fondateur du MILA, Dr Nada Jabado, chercheuse à l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill, Morag Park, chercheuse au Centre de recherche sur le cancer Rosalind et Morris Goodman de l’Université McGill et Richard Leduc, chercheur au Centre de recherche du CHUS.

Par cette initiative, le gouvernement du Québec parie sur les forces de chacun pour renforcer l’excellence de la recherche et assurer la reconnaissance internationale du Québec comme province innovante en sciences de la vie.

« La mise en œuvre d’un programme de collaboration entre le secteur public et le privé permet de créer des synergies dont bénéficiera le secteur de la santé et à terme, les patients. On ne peut que se réjouir de cette initiative », mentionne Robert Tessier, Président du CA de la Caisse de dépôt et placement du Québec et Président du CA de l’IRIC.

« C’est avec enthousiasme que je souligne ce précieux soutien qui permettra de renforcer l’excellence du réseau de recherche québécois et qui salue les efforts quotidiens menés par l’IRIC pour trouver des solutions au fléau qui touche désormais un Canadien sur deux », relève Marie-Josée Hébert, Vice-rectrice à la recherche, à la découverte, à la création et à l’innovation de l’Université de Montréal.

Par le fonds d’accélération des collaborations en santé, le gouvernement du Québec investit sur le long terme et confirme son désir de soutenir le cycle de la recherche académique à la découverte de médicaments. Il souligne également sa volonté de valoriser les infrastructures de recherche et par là même de garantir l’efficience du système de santé et de maximiser des retombées économiques pour le Québec et le domaine des sciences de la vie.

 

À propos de l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC) de l’Université de Montréal

Pôle de recherche et centre de formation ultramoderne, l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie de l’Université de Montréal a été créé en 2003 pour élucider les mécanismes du cancer et accélérer la découverte de nouvelles thérapies plus efficaces contre cette maladie. L’IRIC fonctionne selon un modèle unique au Canada. Sa façon innovante d’envisager la recherche a déjà permis de réaliser des découvertes qui auront, au cours des prochaines années, une incidence significative dans la lutte contre le cancer. Pour information: iric.ca

Consultez notre dossier de presse virtuel https://archive.iric.ca/en-bref/#MN-00 

SOURCE Institut de recherche en immunologie et en cancérologie de l’Université de Montréal

 

Renseignements:

Léa Guicheteau, Conseillère, communication et relations avec les médias, Institut de recherche en immunologie et en cancérologie

lea.guicheteau@umontreal.ca

514-550-7494

 

Noémie Desbois Mackenzie

Conseillère, Communication, Relations publiques et gouvernementales, Institut de recherche en immunologie et en cancérologie 

noemie.desbois.mackenzie@umontreal.ca

514-475-7682